Incendie du porte-conteneurs Maersk Honam en mer d'Arabie

par Yannick Le Manac’h



(Source :  Marine Traffic)

 

Le 6 mars 2018 à 15h20 GMT, en mer d'Arabie, le porte-conteneurs Maersk Honam d'une capacité de 15 262 EVP, en provenance de Singapour à destination de Suez (arrivée estimée le 11 mars 2018), a été victime d'un grave incendie à 900 milles du port de Salalah (Sultanat d'Oman). Il était chargé de 7 860 conteneurs (équivalent 12 416 EVP ). 

L'incendie s'est déclaré dans une des cales de chargement. L'équipage, ne parvenant pas à le maîtriser, a envoyé un signal de détresse reçu par le MRCC  de Mumbai (Inde). Le Maersk Honam était attendu à Fos-Sur-Mer le 25 mars 2018.

Origine de l'incendie

Feu de conteneurs ou incendie propre au navire ? La cause de l'incendie est actuellement inconnue. Une cale de chargement, sur l'avant, étant à priori à l'origine du feu, tout laisse supposer qu'un conteneur serait impliqué. La violence de l'incendie n'a véritablement pas permis de le circonscrire par les moyens du bord.

Bilan humain

Sur les 27 membres d'équipages, 23 ont été évacués vers le navire voisin ALS Ceres arrivé sur les lieux vers 18h30 GMT. Leur état n'est pas connu mais ils semblent victimes de graves intoxications. L'un d'entre eux est d'ailleurs décédé et deux autres survivants, gravement malades, ainsi qu'un accompagnateur ont dû être pris en charge par un intercepteur à grande vitesse de l'Indian Coast Guard (ICG). Le porte-conteneurs ALS Ceres a rejoint Cochin (Inde) avec ses dix-neuf passagers. Il est à craindre que tous les membres d'équipage aient été affectés par des vapeurs toxiques. Quatre marins sont toujours portés disparus. Soit un bilan provisoire de deux blessés, un mort et quatre disparus (dont l'issue fatale est quasiment établie).

Assistance sur zone

Le MRCC de Mumbai (Inde) a immédiatement coordonné les secours en déroutant le porte-conteneurs ALS Ceres sur zone. À la demande de l'armement AP Møller Maersk, trois porte-conteneurs, le MSC Lauren, Edith Maersk et Gerd Maersk, se sont également portés sur les lieux tôt le matin du mercredi 7 mars pour participer aux recherches.

Jeudi 8 mars, cinq navires étaient impliqués dans les opérations de recherche et de sauvetage sous la coordination de Maersk Mc-Kinney Møller. La superstructure avant était encore préservée de l'incendie (l'AIS fonctionnait encore). Vendredi 9 mars, le MRCC de Mumbai et l'Indian Coast Guard surveillent de près la situation du Maersk Honam désormais abandonné et toujours en proie à des flammes pouvant atteindre 25 mètres de hauteur. Les températures élevées ont fait fondre les conteneurs et l'incendie gagne en surface. Les fumées éminemment toxiques contrarient toute intervention à bord. Les images prises par les garde-côtes indiens confirment la violence de l’incendie qui est toujours concentré sur le tiers avant du navire, à l’avant du château. Cette localisation plaide pour une explosion d’un des conteneurs situés dans les bays intérieurs. Le navire ICG Shoor continue à combattre l'incendie.

 

 
(Source : Indian Coast Guard)


Hormis la présence des garde-côtes indiens et de quelques navires participant aux recherches, aucun remorqueur n'est encore présent sur zone ce qui suppose que dans l'immédiat aucune opération de remorquage n'est envisagée. Les conditions météorologiques sur zone sont très satisfaisantes. L'armement AP Møller Maersk décrit la situation comme « très critique ».

Le navire

Le Maersk Honam est un navire tout récent, bien entretenu, suivi par l'État du Pavillon de Singapour et la société de classification American Bureau Of Shipping (ABS) membre de l'IACS . Au cours de l'année 2017, le navire a subi trois Port State Control sans observation particulière (source Equasis).

La cargaison

Le navire transportait 7 860 conteneurs (équivalent 12 416 EVP). Selon un responsable de l'Indian Coast Guard, les conteneurs contiennent des liquides et des solides inflammables, des substances oxydantes, des matières toxiques et infectieuses, ainsi que des matières corrosives qui ne doivent pas entrer en contact avec le corps humain.

L'équipage

27 personnes composaient un équipage très cosmopolite : 13 indiens, 9 philippins, 1 roumain, 1 africain, 2 thaïlandais, 1 anglais.

Conséquences environnementales

L'armement AP Møller Maersk estime « critique » la situation du navire. Outre une pollution atmosphérique non quantifiable, l'impact sur l'environnement dépendra de la capacité d'intervention des moyens sur zone.

Des associations, au travers des médias, s'interrogent sur les conditions de circulation maritime dans cette zone stratégique et sensible où transitent des milliers de navire, notamment sur l'absence de moyens d'intervention et de sauvetage appropriés.

Pour mémoire, rappelons le naufrage du porte-conteneurs MOL Comfort le 17 juin 2013. Ayant appareillé de Singapour à destination de Jeddah (Arabie Saoudite), le MOL Comfort, porte-conteneurs de 316 mètres de construction récente battant pavillon des Bahamas et d'une capacité de 8 110 EVP, se casse en deux en mer d'Oman à 200 milles des côtes du Yémen. Le navire est abandonné par ses 26 hommes d'équipage qui seront tous secourus. Malgré les moyens d'assistance et de remorquage dépêchés sur zone, la section arrière coule le 27 juin 2013 et la partie avant, détruite par un incendie, le 10 juillet 2013. Le navire contenait, entre autres, 3 100 tonnes de combustible en soute au moment du sinistre .

 

Ceci nous amène à considérer une fois de plus que la dangerosité des porte-conteneurs est un fait et non une fatalité.

 


Consulter l'article en pdf

Lien vers l'article : Naufrage du MOL COMFORT, Un spectaculaire accident « aux causes inexpliquées » - Yannick Le Manac’h - 31 juillet 2013