Relargage de l’épave du Tanio

Etat au 06.12.2019
La Préfecture maritime de l'Atlantique a procédé aux investigations annoncées sur l'épave du pétrolier Tanio afin de dresser un état des lieux de la coque, 39 ans après son naufrage, et de rechercher d'éventuelles fuites d'hydrocarbures. Le 5 décembre 2019, en fin de matinée, elle a communiqué le bilan de ces opérations :
     > quelques minimes fuites intermittentes d'hydrocarbures sont observées
    > ces fuites proviennent de deux des orifices percés en 1980 pour pomper le pétrole contenu dans l'épave dont les vannes ont été arrachées.
La préfecture maritime étudie la faisabilité d'une intervention ultérieure. => lien vers le communiqué de presse de la préfecture maritime

Aucune pollution n'a été observée jusqu'à ce jour ni en mer ni sur le littoral. Des hydrocarbures ont seulement été constatés sur certains oiseaux marins échoués sur le littoral entre Plouguerneau (29) et Pleubian (22) au cours de la seconde quinzaine de novembre.

 

 

Un nouvel oiseau mazouté a été récupéré à Plouguerneau le lundi 3 décembre. Compte-tenu des fuites, certes minimes mais désormais avérées, de l'épave du Tanio, nous demandons de continuer à nous signaler toute trace d’hydrocarbures ou tout oiseau mazouté mort ou vivant que les communes ou particuliers pourraient trouver sur le littoral.

Etat au 28.11.2019
Depuis le 15 novembre 2019, plusieurs dizaines d’oiseaux morts ou vivants se sont échoués sur la côte Nord de la Bretagne entre Plouguerneau (29) et le sillon de Talbert (22). Alerté par ce phénomène, Vigipol a pris attache avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) et la préfecture maritime de l’Atlantique pour déterminer si cela revêtait un caractère préoccupant ou non et rechercher l’origine d’une éventuelle pollution. Vigipol a également demandé à toutes les communes littorales de la pointe du Finistère au sillon de Talbert de lui signaler tout oiseau présentant des traces d’hydrocarbures, mort ou vivant, retrouvé sur le littoral.


Le mardi 26 novembre en fin de journée, la préfecture maritime de l’Atlantique a indiqué l’origine du pétrole retrouvé sur des oiseaux échoués qui ont été analysés par le Cedre. Cet hydrocarbure pourrait provenir de l’épave du Tanio qui gît par 80 mètres de fond au large de l’île de Batz depuis avril 1980. Le préfet maritime a déjà diligenté divers moyens nautiques, aériens et satellitaires afin de relocaliser précisément l’épave et d’observer une éventuelle fuite au droit ou à proximité de l’épave. Aucune pollution par hydrocarbures n’a été observée jusqu’à présent ni en mer ni à terre. Les investigations sur l’épave vont se poursuivre pour évaluer les mesures qui pourraient s’avérer nécessaires.

À ce jour, nous ne sommes pas dans l’hypothèse d’un relargage massif d’hydrocarbures. Cependant, étant donné que plusieurs milliers de tonnes de pétrole restent emprisonnés dans les cuves du Tanio, il convient de rester vigilant afin de pouvoir détecter au plus vite toute trace de pollution. À cet effet, Vigipol poursuit sa collaboration avec la préfecture maritime, la LPO et le Cedre. Afin que nous puissions centraliser les informations qui remontent des communes et les transmettre à la préfecture maritime, nous demandons de continuer à nous signaler toute trace d’hydrocarbures ou tout oiseau mazouté mort ou vivant que les communes ou particuliers pourraient trouver sur le littoral.

Lien vers le communiqué de presse du 27.11.2019