Un espace maritime densément exploité

Non seulement la Bretagne voit passer un trafic maritime très dense mais les eaux qui la bordent sont aussi le théâtre d’activités nombreuses : pêche, port de commerce, plaisance, activités militaires, transport de passagers, câbles sous-marins, extraction de granulats, énergies marines renouvelables, etc. La densité des embarcations sur le plan d’eau y est donc particulièrement élevée.

 p11 carte

Toute activité en mer trouve nécessairement son exutoire à terre. Mais, en dépit de l’intensité du trafic maritime qui circule au large de la Bretagne, seule une faible part transite dans ses ports. Le trafic de marchandises de l'ensemble des ports bretons est de 7,1 millions de tonnes en 2016. Le cabotage représente 28% des échanges. Trois ports de commerce régionaux se détachent : Brest, Lorient et Saint Malo en dépassant le million de tonnes de marchandises échangées. Le transport de passagers, outre les dessertes des îles, se concentrent sur les ports de Roscoff et de Saint Malo avec de nombreuses rotations vers les îles britanniques mais aussi l’Irlande pour le premier, les îles anglo-normandes pour le second.

La pêche débarque ses prises dans 14 criées au niveau régional et emploie près de 5 000 marins. Une soixantaine de ports de plaisance s’égrènent tout au long du littoral et constituent un atout touristique majeur pour de nombreuses communes compte-tenu du fait que la Manche est l’un des principaux bassins de plaisance au monde.

Le littoral concentre de nombreuses activités en rapport direct avec la mer, parmi lesquelles :
   +  exploitations des ressources marines : viviers, parcs ostréicoles, zones mytilicoles, algoculture, industries de transformation agroalimentaire, etc.
   +  activités touristiques et ludiques : thalassothérapie, casinos, loisirs nautiques, etc.
   +  activités de construction et de réparation navale
   +  centres de recherche
   +  industries

cohabitation maritimeLe développement des parcs éoliens en mer va également générer de nouveaux flux sur le plan d’eau principalement pendant la période d’installation des éoliennes. Cette activité entraînera aussi la construction d’installations à terre pour réceptionner les câbles de raccordement.

La compétition pour l’espace maritime et littoral est donc un enjeu essentiel en Bretagne, d’autant plus que la richesse écologique du milieu naturel accentue les impératifs de conservation. Toutes ces activités génèrent interactions et interdépendances dont le fragile équilibre pourrait aisément être déstabilisé par un accident maritime majeur ou une pollution.