Une voie maritime parmi les plus fréquentées au monde

Porte d’entrée occidentale de l’Europe, la pointe bretonne est un passage obligé entre les grands ports de la mer du Nord et le reste du monde. Les dispositifs de Séparation du Trafic (DST) canalisent le transport maritime le long de voies de navigation obligatoires entouré par les navires à passagers, les navires de pêche et de plaisance.

p10 carteLe trafic maritime mondial

Depuis les années 1970, la mondialisation a engendré un accroissement exponentiel du transport de marchandises dans le monde. Le transport maritime y joue un rôle prépondérant en assurant à lui seul plus de 80 % du commerce mondial. En 2016, 10,3 milliards de tonnes de marchandises ont ainsi été transportées par mer. Et la CNUCED prévoit que ce trafic devrait continuer de croître d’environ 3,2 % par an jusqu’au moins en 2022. La conteneurisation participe grandement à l’accroissement de ces échanges avec quelques 140 millions de conteneurs (EVP) en circulation au niveau mondial.

Les autorités portuaires ont donc dû investir massivement pour décharger toujours plus rapidement un volume de marchandises toujours plus important provenant de navires toujours plus grands. Cette course aux investissements a scindé les ports en deux catégories : ceux qui peuvent accueillir tous types de navires et ceux qui n’ont pas eu la capacité technique ou financière de s’adapter à la conteneurisation. Ces derniers sont devenus des ports régionaux à la fois tributaires des grands ports et relais de ceux-ci.

Le trafic maritime au large de la Bretagne

51 % du commerce extérieur de l’Europe et près de 40 % de son commerce intérieur se font par voie maritime, soit près de 4 milliards de tonnes de marchandises manutentionnées dans les ports de l’Union européenne (2014). Les grands ports de commerce (Rotterdam, Amsterdam, Anvers, Hambourg, Bremerhaven et Le Havre) captent l’essentiel du trafic maritime, en volume et en valeur et accueillent les navires assurant les liaisons transcontinentales. Des liaisons régulières de caboteurs permettent ensuite de desservir les autres ports européens. Ceci engendre une forte hausse du trafic en Manche, d’autant plus que ces navires, affrétés à la demande, repartent souvent à vide une fois la marchandise déchargée.

La position géographique de la Bretagne en fait un passage obligé vers les grands ports de la mer du Nord. La Manche constitue l’un des principaux couloirs maritimes au monde. Pétroliers, gaziers, chimiquiers, porte-conteneurs et autres cargos passent ainsi sans cesse au large des côtes bretonnes. À ce trafic longitudinal très dense s’ajoutent des liaisons quotidiennes Nord-Sud, entre les ports français et britanniques. Au milieu de ces flux de fret et de passagers, des milliers navires de pêche et des navires d’extraction de granulats sillonnent la zone, tout comme les nombreux plaisanciers qui y naviguent, accentuant encore la densité du trafic maritime.

Focus : En 2017, en moyenne chaque jour dans la DST d'Ouessant...
   +  118 navires
   +  2,4 millions de tonnes de marchandises transportées :
        - dont 747 000 tonnes de marchandises dangereuses ou polluantes
        - dont 624 000 tonnes de liquides inflammables (des hydrocarbures à plus de 80 %)
   +  3,7 navires à passagers pour 3 800 passagers

Sur l’année, des navires de 89 pavillons différents ont emprunté le rail d’Ouessant dont 15 rassemblent 84 % du trafic global parmi lesquels Antigua et Barbuda, Liberia, Pays-Bas, Malte, Panama et les îles Marshall.