Quelques avis éclairés sur la question...

Grâce à une expérience acquise bien malgré elle, la Bretagne possède une expertise en matière de pollution maritime. La mobilisation de la population et des élus y a suscité un élan qui reste à ce jour unique en France et dont Vigipol est le garant.

Organismes liés à « l’antipol », universités, centres de recherche, entreprises spécialisées, la Bretagne jouit d’une véritable force de frappe en cas de pollution. Mais plus la mémoire des marées noires s’estompe, plus un niveau de vigilance élevé est difficile à maintenir.

Cependant, l’évolution du transport maritime génère de nouveaux risques. Les pollutions de demain auront probablement bien peu en commun avec celles connues jusque-là. La pertinence de notre réponse dépendra de notre capacité à appréhender ces nouveaux risques et à nous y préparer en associant plus encore l’ensemble des acteurs concernés. Une pollution maritime ne se gère pas seul. L’approfondissement de la complémentarité État - collectivités est une des principales clés des gestions de crise de demain.

 

Vincent Bouvier, Secrétaire général de la mer

Se tenir prêt à toute éventualité

Notre posture de prévention et de lutte contre les pollutions marines ne saurait être abaissée. Même si des progrès considérables ont été faits à l’échelle locale, nationale, européenne et internationale, dans la chaîne des acteurs privés et publics, pour anticiper les menaces, réduire les risques, dissuader les inconséquents, gérer au mieux les crises et faire financer les opérations par ceux qui en sont la cause, des pollutions marines importantes restent possibles.

C’est pourquoi nous continuons à financer et à moderniser nos équipements, à entraîner nos équipes et à améliorer nos plans d’intervention dans le cadre de l’ORSEC maritime. Nous développons aussi nos expertises sur les produits et les techniques de lutte. Enfin, nous renforçons nos outils juridiques et opérationnels, en coopération avec les États voisins et l’Union européenne pour être plus forts et efficaces ensemble.

 

Stéphane Doll, Directeur du Cedre

Ne baissons pas la garde

 En raison d’accidents historiques sur ses côtes, qui sont également à l’origine d’une sensibilité particulière des populations dans ce domaine, la Bretagne s’attache à garder « une longueur d’avance » en matière de préparation, de savoir-faire scientifique, technique et opérationnel et de sauvegarde en mer.

Une quinzaine d’années s’est écoulée depuis les dernières grandes pollutions, par hydrocarbures lourds, de l’Erika et du Prestige. Le risque pour la navigation à l’entrée de la Manche, lié aux conditions océanographiques particulières, reste le même, voire empire avec le dérèglement climatique. Alors sommes-nous prêts à affronter ce type de pollution ? Par rapport à d’autres régions de France, probablement. Mais pour d’autres types de pollutions, la réponse est moins évidente.

L’histoire montre que les accidents majeurs coïncident directement avec une baisse de vigilance. Ne baissons pas la garde.

 

 Thierry Coquil, Directeur des Affaires Maritimes, Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

S’adapter sans cesse

La récurrence des marées noires a été divisée par 10 depuis les années 1970, malgré une augmentation du trafic. C’est le résultat d’efforts en termes de sécurité des navires, de formation des marins et de surveillance maritime.

La possibilité d’une marée noire n’est cependant pas nulle, avec des conséquences énormes sur l’environnement et l’économie du littoral. La France a beaucoup investi dans la préparation à la lutte. Elle a modernisé ses équipements et professionnalisé ses approches. Pour autant, en la matière, il ne faut jamais rien considérer comme acquis et nos moyens doivent sans cesse être adaptés pour répondre aux nouveaux risques.

La complémentarité entre l’État et les collectivités est un des éléments clés sur lequel nous devons progresser, comme le recommande le récent rapport d’expertise sur l’organisation de POLMAR Terre. Il souligne d’ailleurs le rôle important joué par Vigipol et l’intérêt de son développement géographique. Ce travail commun sera le garant de notre efficacité.