Grande America : une illustration concrète au large de la bretagne du risque d’incendie pointé par Vigipol

grande america 3 premar-4130586Le 10 mars 2019 vers 20h00, le Ro-Ro/Container Ship italien Grande America, de 213 mètres de long, en provenance de Hambourg (Allemagne), à destination de Casablanca (Maroc) est victime d’un incendie de conteneurs dans le Golfe de Gascogne, à environ 142 milles dans le Sud-Ouest de la Pointe de Penmarc’h. 27 personnes se trouvaient à bord (26 membres d’équipage et un passager). L'équipage, évacué, est sain et sauf.

Le Préfet maritime de l’Atlantique met actuellement en œuvre tous les moyens nécessaires pour maîtriser cet incendie. Les conditions météorologiques sur zone sont dégradées.

Le navire est suffisamment loin des côtes pour ne pas constituer pour l’instant une menace pour les populations mais suffisamment proche pour que nous soyons concernés au premier chef.

Cet accident illustre malheureusement très concrètement le risque d’incendie à bord des porte-conteneurs que Vigipol a pointé ces derniers mois dans une analyse détaillée de Yannick Le Manac’h, membre du Pool Experts de Vigipol, accessible ici, et au sujet duquel Vigipol avait interpelé le Préfet maritime.

Vigipol suit donc l’évolution de cet accident avec la plus grande attention tant par rapport au risque de pollution maritime qui pourrait en résulter qu’au danger que le navire pourrait représenter pour les populations littorales lorsqu’il se rapprochera des côtes, soit par dérive soit en étant remorqué vers un port.

Lien vers le communiqué de presse n°1

Point de situation le 12.03.19 à 18h00

Le Grande America a coulé cet après-midi à 15h26 par 4 600 mètres de fond, dans le Golfe de Gascogne, à 330 km environ des côtes françaises. Les risques liés à l’incendie sont donc désormais écartés.

Cependant, des inquiétudes demeurent quant à une éventuelle pollution des eaux autour de l’épave. Plusieurs centaines de conteneurs étaient transportés en pontée, certains contenant des produits dangereux. Une quinzaine de conteneurs sont tombés à l’eau peu avant le naufrage. D’autres pourraient également remonter en surface ou stagner entre deux eaux, des conteneurs frigorifiques en particulier. D’autre part, il conviendra de s’assurer qu’aucun déversement du fuel de propulsion du navire ne survienne. Vigipol reste donc vigilant sur la suite des événements.

Point de situation le 14.03.19 à 09h00 : Se préparer à gérer des arrivages à la côte

Infographie Premar Localisation NaufrageLorsque le Grande America a coulé mardi 12.03 après-midi, il transportait 365 conteneurs (dont 45 de produits dangereux), 2 000 voitures et 2 200 tonnes de fioul lourd pour sa propulsion. Les survols de la zone conduits mercredi après-midi ont fait état d’une nappe d’hydrocarbures de 10 km de long sur 1 km de large. Le Préfet maritime a déployé sur zone des moyens de lutte antipollution mais les conditions météo actuellement très mauvaises entravent les possibilités de récupération du polluant en mer. Les prévisions de dérive sont en cours. La zone menacée pour l’instant serait la Charente-Maritime où de premiers arrivages d’hydrocarbures pourraient être constatés dimanche soir ou lundi.

Les côtes bretonnes ne sont pour l’heure pas menacées. Cependant, compte-tenu de la localisation de l’épave, toute la façade maritime est menacée à plus ou moins brève échéance, dans les semaines à venir, au gré des vents et des courants. En effet, il est possible qu’avec la pression les cuves du navire finissent par se fissurer, relâchant ainsi sporadiquement au fil du temps des hydrocarbures. Les Ouessantins se souviennent du Peter Sif. Quant aux conteneurs et aux marchandises qu’ils contiennent, une part errera sans doute en mer avant de venir s’échouer à la côte. Des arrivages sur le littoral semblent donc inéluctables à la fois de marchandises et/ou morceaux de conteneurs et de boulettes d’hydrocarbures pendant des semaines voire des mois. En cas d’arrivages épars et répétés, les communes littorales seront en première ligne.

Vigipol suit donc avec attention l’évolution de la situation et se tient prêt à conseiller les collectivités littorales, aux côtés des services de l’État, en Bretagne, et même au-delà sur l’ensemble de la façade Atlantique.

Lien vers le communiqué de presse n°2